© chamrousse.info 2006-2021 - Site non commercial édité par l’Association CHA’mrousse - plan du site - mentions légales
la Chartreuse de Prémol : chronologie
Les principales dates connues concernant la Chartreuse de Prémol , depuis sa création au XIII° siècle jusqu'à nos jours, en passant par son démantèlement sous la Révolution française en 1791 .
La Chartreuse de Prémol dessin (qu’on peut dater des années 1720) paru dans « Maisons de l’ordre des chartreux, vues et notices, tome 1 » Edition 1913
La Chartreuse de Prémol, peinture sur toile fin XVII e siècle. Peinture classée monument historique par arrêté du 11 mai 2001, à présent visible dans la « galerie des cartes » à la Correrie (St-Pierre de Chartreuse). On remarquera la date portée : 1232 alors que la Chartreuse de Prémol a été créée en 1234. La date de 1232 pourrait correspondre aux premières demandes de la Dauphine Béatrix, qui ont abouti en 1234 à l’acte officiel de création.
dates importantes de la Chartreuse de Prémol
Seconde moitié du XII e siècle : établissement d’une église bénédictine à Prémol, dépendant du prieuré de Chalais (au-dessus de Voreppe), citée en 1179 et 1182 dans deux bulles papales. Début du XIII e siècle : le prieuré de Prémol passe sous la dépendance des chanoines de St Jean de Vaulnaveys, dépendant de la Prévôté d’Oulx (Briançonnais, Dauphiné d’Outre-Monts). 9 septembre 1234 : acte de transfert à Béatrix de Montferrat, épouse du Dauphin Guigues VI André, pour l’établissement d’un monastère de religieuses chartreuses, de l’église de Prémol et de « tout ce qu’ils [les chanoines augustins d’Oulx] possédaient sur la montagne de Prémol depuis la sommité de la Roche Ferrière [= pic de l’Œilly], en suivant le ruisseau des Mouilles [= ruisseau des Mailles] et la descente des montagnes des côtés du levant, du nord et du couchant [= sommet de Chamrousse] vers la susdite église » hypothèse : les limites hautes sur Chamrousse doivent correspondre à l’ancienne limite communale entre Vaulnaveys-le-Haut et St-Martin-d’Uriage (torrent du Vernon, col de Balme, brèche des Robert, les Van, vallon du lac Achard, Arselle et col Luitel [le col Luitel était autrefois appelé « col de Prémol »ou « col de la croix de Prémol »] et on trouve sur tout ce parcours des croix, ou des traces de croix, utilisées autrefois pour délimiter les propriétés des monastères. Les moniales de Prémol ne furent pas, dès l'origine, sous la direction des Chartreux puisqu'elles étaient soumises à des prêtres séculaires pour le spirituel, et à des frères convers pour leurs revenus. Les frères Chartreux éprouvaient en effet une certaine répulsion à se charger de la direction des monastères de femmes. C'était ainsi une des « plaies de l'Ordre » selon Hélyot ! (Dict. des Ordres Religieux). S'il est vrai que les pères Chartreux se sont toujours montrés assez misogynes (1) , d'autres sources affirment que, dès l'origine, le couvent fut toutefois régenté par les Chartreux. 1252 : suite à la fondation d'une maison de chartreuses à Parménie, près de Beaucroissant, les religieuses de Prémol furent chargées d'en former les nouvelles nonnes et de leur fournir les premiers éléments de subsistance. 1260 : la Chartreuse reçoit en donation la montagne du Recoin, depuis le col des Laux (= brèche des Robert) jusqu'à Chamrousse (= sommet de la Croix de Chamrousse). mars 1270 : inhumation de Guigues VII (donateur au profit de la Chartreuse), dauphin de Viennois, fils de Guigues VI André et de Béatrice de Montferrat. Son tombeau fut placé dans l'église, près du grand autel. 1446 : un incendie ravage la Chartreuse. 1452 : une épidémie emporte la moitié des religieuses. 1467 : nouvel incendie. Le couvent fut presque entièrement brûlé. Le souvenir de cet incendie fut longtemps conservé dans le pays. On montrait, au-dessus des bâtiments du monastère, une prairie gauche de la route en montant vers Chamrousse) les religieuses s'étaient réfugiées pour échapper au danger. Ce lieu fut dès lors appelé le Pré aux Dames . 1563 : pendant les guerres de religion, la Chartreuse de Prémol fut dévastée. Les religieuses se retirèrent dans leurs familles jusqu'à la fin des troubles. 1621 : pour des raisons ignorées, les religieuses quittent la Chartreuse pour émigrer vers Mélan, la chartreuse de Faucigny à Taninges (Haute Savoie). 1698 : Prémol comptait 35 religieuses de choeur (2) , 10 soeurs soit converses (3) soit données (4) , 2 frères convers (3) , 4 frères donnés (4) et 1 frère postulant. Quant aux religieux de la maison, ils consistaient en un vicaire, un procureur et un coadjuteur. 14 mai 1707 : vers 2 heures du matin, le feu prend dans la cellule du vicaire (Dom François Faure) et gagne rapidement l'église et les principaux édifices du monastère, construits principalement en bois. Faute d'eau et de secours, tout est ravagé, et on sauve ce qui peut l'être : vases sacrés, livres de chants et quelques titres précieux. Les plus valides des religieuses gagnent Grenoble elles seront hébergées à l'hospice des Chartreux. Quant aux autres religieuses, elles resteront sur place 15 jours avant d'être transportées au château d'Herbeys. La communauté s'installera en juillet 1707 au monastère de Saint-Hugon côté d’Allevard), dans un bâtiment particulier que leur cédèrent les chartreux. Une chaise de célébrant en noyer, avec accoudoirs sculptés, datant du XVIIème siècle, fut sauvée des flammes. On peut la voir dans la chapelle de Villeneuve d'Uriage. 9 septembre 1715 : après 8 années d'exil, les religieuses regagnent Prémol, la Chartreuse ayant été rebâtie à grands frais. Elle se présente alors comme figurée sur la « Carte de Prémol » conservée à la Correrie de St-Pierre-de-Chartreuse ; l’entrée se fait au sud et la Porterie n’existe pas encore (elle sera construite en 1739). 1742 : pose d'une grande horloge pour laquelle on fit venir deux maîtres-horlogers de Lyon. 1758 : année désastreuse. Le 24 juin, une partie de leur domaine des Alberges (dans la vallée à Vaulnaveys) fut totalement dévastée par une inondation. 1760 : on comptait à Prémol 21 religieuses. 1790 : lorsque fut supprimé le monastère de Prémol, les religieuses étaient au nombre de 24. 1791 : Les religieuses et les religieux de la maison continuèrent, par tolérance, à vivre au monastère plus d'une année - après la loi abolissant les communautés et corporations religieuses - jusqu'à ce qu'on eut liquidé les pensions qui leur étaient dues. Le 18 janvier, il y avait encore 13 religieuses, autant de soeurs données (4) , 3 religieux et 5 frères donnés (4) . A peine les religieuses parties, les populations voisines envahirent le monastère pour en emporter tout ce qu'elles crurent pouvoir utiliser (bois, fer, pierres...). De nombreux éléments liturgiques se retrouvent ainsi actuellement dans les églises et chapelles de la vallée (autel, chaire, chaises, …). 1821 : suite à la création de la chartreuse de Beauregard à Coublevie (Voiron), les restes de certaines des religieuses sont transférées dans le cimetière particulier de la congrégation formée par d'anciennes chartreuses de Prémol. Mais elles ne voulurent pas toucher aux cendres de Béatrix, fondatrice du monastère, et de son fils le dauphin Guigues VII (dans l'église, près de l'autel), qui, a priori , y sont toujours. 1830 : l'administration des Eaux et Forêts installe dans les dépendances de l'ancienne Chartreuse des gardes qui assureront le gîte et le couvert. guerre mondiale 1939 - 1945 : des prisonniers politiques sont internés dans des baraquements près de la Chartreuse. Des Chantiers de la Jeunesse y sont aussi implantés (voir à ce sujet un témoignage ). 2 décembre 1943 : la Chartreuse de Prémol et ses terrains sont inscrits à l'inventaire des sites. 1965 : la ferme auberge de Prémol (située dans le bâtiment de la « Porterie ») cesse ses activités. Il s'agissait d'un lieu très fréquenté par les curistes d'Uriage au XIX ème siècle, qui venaient excursionner à Chamrousse. 1989 : le bâtiment de la Porterie, logement du garde forestier, fut détruit par un incendie accidentel le 18 décembre 1989, lequel se communiqua aux arbres les plus proches, un vent violent soufflant à ce moment-là. Heureusement, les pompiers furent ensuite aidés par l’arrivée d’une pluie forte et providentielle pour circonscrire le sinistre. Mais les charpentes et le toit avaient été totalement ravagés (cet incendie fut relaté dans un article du Dauphiné Libéré du 19/12/1989. Cliquer sur la reproduction de l’article pour l’agrandir [ parution avec l’aimable autorisation du Dauphiné Libéré ]). et à présent ? La Porterie est ruinée et taguée (mais en cours de restauration), entourée de clôtures pour éviter tout accident à des visiteurs trop curieux. L'autre petit bâtiment (la muleterie) est toujours debout. Un minuscule rectangle de ruines encore apparentes ... et la végétation qui a englouti le peu de pierres qui demeuraient encore ! Une nouvelle vie du site de Prémol se dessine avec le chantier visant à la conservation de la Porterie et des voûtes de la Chartreuse. Il s’agit d’un projet différent de celui qui avait été élaboré sous l’égide de l’ancienne Communauté de Communes du Sud Grenoblois, qui prévoyait un ensemble touristique intégré (gîte d'étape et de séjour, restauration, boutique du terroir). Cela étant, l’essentiel va être sauvegardé avec les travaux de conservation de la Porterie et des voûtes. Se reporter à la page consacrée à cette restauration . Mais ne faudrait-il pas lancer une campagne de fouilles du monastère généralisée ? (1) dès 1368, les statuts des chartreux défendirent de recevoir à l'avenir ou d'incorporer à l'ordre des couvents de filles. (2) religieuse de choeur : religieuse à "part entière" qui participe à la gestion de la communauté. Elle est appelée ainsi car elle peut s'asseoir dans le choeur de l'église lors des cérémonies religieuses (3) soeur ou moniale converse, frère convers : religieuse ou religieux, chargés du service domestique, ne participant pas à la gestion de la communauté (4) soeur ou moniale donnée, frère donné : il s'agit d'une religieuse ou d'un moine qui ne prononcent pas de voeux. Leur assistance aux Offices est moins stricte. Ils conservent la propriété et la disposition de leurs biens propres
le pré aux Dames
le Pré aux Dames
chartreuse de Beauregard
la Chartreuse de Beauregard
les baraquements
© chamrousse.info 2006-2021 - Site non commercial édité par l’Association CHA’mrousse - plan du site - mentions légales
la Chartreuse de Prémol : chronologie
Les principales dates connues concernant la Chartreuse de Prémol , depuis sa création au XIII° siècle jusqu'à nos jours, en passant par son démantèlement sous la Révolution française en 1791 .
La Chartreuse de Prémol dessin (qu’on peut dater des années 1720) paru dans « Maisons de l’ordre des chartreux, vues et notices, tome 1 » Edition 1913
dates importantes de la Chartreuse de Prémol
Seconde moitié du XII e siècle : établissement d’une église bénédictine à Prémol, dépendant du prieuré de Chalais (au-dessus de Voreppe), citée en 1179 et 1182 dans deux bulles papales. Début du XIII e siècle : le prieuré de Prémol passe sous la dépendance des chanoines de St Jean de Vaulnaveys, dépendant de la Prévôté d’Oulx (Briançonnais, Dauphiné d’Outre-Monts). 9 septembre 1234 : acte de transfert à Béatrix de Montferrat, épouse du Dauphin Guigues VI André, pour l’établissement d’un monastère de religieuses chartreuses, de l’église de Prémol et de « tout ce qu’ils [les chanoines augustins d’Oulx] possédaient sur la montagne de Prémol depuis la sommité de la Roche Ferrière [= pic de l’Œilly], en suivant le ruisseau des Mouilles [= ruisseau des Mailles] et la descente des montagnes des côtés du levant, du nord et du couchant [= sommet de Chamrousse] vers la susdite église » hypothèse : les limites hautes sur Chamrousse doivent correspondre à l’ancienne limite communale entre Vaulnaveys-le-Haut et St-Martin-d’Uriage (torrent du Vernon, col de Balme, brèche des Robert, les Van, vallon du lac Achard, Arselle et col Luitel [le col Luitel était autrefois appelé « col de Prémol »ou « col de la croix de Prémol »] et on trouve sur tout ce parcours des croix, ou des traces de croix, utilisées autrefois pour délimiter les propriétés des monastères. Les moniales de Prémol ne furent pas, dès l'origine, sous la direction des Chartreux puisqu'elles étaient soumises à des prêtres séculaires pour le spirituel, et à des frères convers pour leurs revenus. Les frères Chartreux éprouvaient en effet une certaine répulsion à se charger de la direction des monastères de femmes. C'était ainsi une des « plaies de l'Ordre » selon Hélyot ! (Dict. des Ordres Religieux). S'il est vrai que les pères Chartreux se sont toujours montrés assez misogynes (1) , d'autres sources affirment que, dès l'origine, le couvent fut toutefois régenté par les Chartreux. 1252 : suite à la fondation d'une maison de chartreuses à Parménie, près de Beaucroissant, les religieuses de Prémol furent chargées d'en former les nouvelles nonnes et de leur fournir les premiers éléments de subsistance. 1260 : la Chartreuse reçoit en donation la montagne du Recoin, depuis le col des Laux (= brèche des Robert) jusqu'à Chamrousse (= sommet de la Croix de Chamrousse). mars 1270 : inhumation de Guigues VII (donateur au profit de la Chartreuse), dauphin de Viennois, fils de Guigues VI André et de Béatrice de Montferrat. Son tombeau fut placé dans l'église, près du grand autel. 1446 : un incendie ravage la Chartreuse. 1452 : une épidémie emporte la moitié des religieuses. 1467 : nouvel incendie. Le couvent fut presque entièrement brûlé. Le souvenir de cet incendie fut longtemps conservé dans le pays. On montrait, au-dessus des bâtiments du monastère, une prairie gauche de la route en montant vers Chamrousse) les religieuses s'étaient réfugiées pour échapper au danger. Ce lieu fut dès lors appelé le Pré aux Dames . 1563 : pendant les guerres de religion, la Chartreuse de Prémol fut dévastée. Les religieuses se retirèrent dans leurs familles jusqu'à la fin des troubles. 1621 : pour des raisons ignorées, les religieuses quittent la Chartreuse pour émigrer vers Mélan, la chartreuse de Faucigny à Taninges (Haute Savoie). 1698 : Prémol comptait 35 religieuses de choeur (2) , 10 soeurs soit converses (3) soit données (4) , 2 frères convers (3) , 4 frères donnés (4) et 1 frère postulant. Quant aux religieux de la maison, ils consistaient en un vicaire, un procureur et un coadjuteur. 14 mai 1707 : vers 2 heures du matin, le feu prend dans la cellule du vicaire (Dom François Faure) et gagne rapidement l'église et les principaux édifices du monastère, construits principalement en bois. Faute d'eau et de secours, tout est ravagé, et on sauve ce qui peut l'être : vases sacrés, livres de chants et quelques titres précieux. Les plus valides des religieuses gagnent Grenoble elles seront hébergées à l'hospice des Chartreux. Quant aux autres religieuses, elles resteront sur place 15 jours avant d'être transportées au château d'Herbeys. La communauté s'installera en juillet 1707 au monastère de Saint-Hugon côté d’Allevard), dans un bâtiment particulier que leur cédèrent les chartreux. Une chaise de célébrant en noyer, avec accoudoirs sculptés, datant du XVIIème siècle, fut sauvée des flammes. On peut la voir dans la chapelle de Villeneuve d'Uriage. 9 septembre 1715 : après 8 années d'exil, les religieuses regagnent Prémol, la Chartreuse ayant été rebâtie à grands frais. Elle se présente alors comme figurée sur la « Carte de Prémol » conservée à la Correrie de St-Pierre-de-Chartreuse ; l’entrée se fait au sud et la Porterie n’existe pas encore (elle sera construite en 1739). 1742 : pose d'une grande horloge pour laquelle on fit venir deux maîtres- horlogers de Lyon. 1758 : année désastreuse. Le 24 juin, une partie de leur domaine des Alberges (dans la vallée à Vaulnaveys) fut totalement dévastée par une inondation. 1760 : on comptait à Prémol 21 religieuses. 1790 : lorsque fut supprimé le monastère de Prémol, les religieuses étaient au nombre de 24. 1791 : Les religieuses et les religieux de la maison continuèrent, par tolérance, à vivre au monastère plus d'une année - après la loi abolissant les communautés et corporations religieuses - jusqu'à ce qu'on eut liquidé les pensions qui leur étaient dues. Le 18 janvier, il y avait encore 13 religieuses, autant de soeurs données (4) , 3 religieux et 5 frères donnés (4) . A peine les religieuses parties, les populations voisines envahirent le monastère pour en emporter tout ce qu'elles crurent pouvoir utiliser (bois, fer, pierres...). De nombreux éléments liturgiques se retrouvent ainsi actuellement dans les églises et chapelles de la vallée (autel, chaire, chaises, …). 1821 : suite à la création de la chartreuse de Beauregard à Coublevie (Voiron), les restes de certaines des religieuses sont transférées dans le cimetière particulier de la congrégation formée par d'anciennes chartreuses de Prémol. Mais elles ne voulurent pas toucher aux cendres de Béatrix, fondatrice du monastère, et de son fils le dauphin Guigues VII (dans l'église, près de l'autel), qui, a priori , y sont toujours. 1830 : l'administration des Eaux et Forêts installe dans les dépendances de l'ancienne Chartreuse des gardes qui assureront le gîte et le couvert. guerre mondiale 1939 - 1945 : des prisonniers politiques sont internés dans des baraquements près de la Chartreuse. Des Chantiers de la Jeunesse y sont aussi implantés (voir à ce sujet un témoignage ). 2 décembre 1943 : la Chartreuse de Prémol et ses terrains sont inscrits à l'inventaire des sites. 1965 : la ferme auberge de Prémol (située dans le bâtiment de la « Porterie ») cesse ses activités. Il s'agissait d'un lieu très fréquenté par les curistes d'Uriage au XIX ème siècle, qui venaient excursionner à Chamrousse. 1989 : le bâtiment de la Porterie, logement du garde forestier, fut détruit par un incendie accidentel le 18 décembre 1989, lequel se communiqua aux arbres les plus proches, un vent violent soufflant à ce moment-là. Heureusement, les pompiers furent ensuite aidés par l’arrivée d’une pluie forte et providentielle pour circonscrire le sinistre. Mais les charpentes et le toit avaient été totalement ravagés (cet incendie fut relaté dans un article du Dauphiné Libéré du 19/12/1989. Cliquer sur la reproduction de l’article pour l’agrandir [ parution avec l’aimable autorisation du Dauphiné Libéré ]). et à présent ? La Porterie est ruinée et taguée (mais en cours de restauration), entourée de clôtures pour éviter tout accident à des visiteurs trop curieux. L'autre petit bâtiment (la muleterie) est toujours debout. Un minuscule rectangle de ruines encore apparentes ... et la végétation qui a englouti le peu de pierres qui demeuraient encore ! Une nouvelle vie du site de Prémol se dessine avec le chantier visant à la conservation de la Porterie et des voûtes de la Chartreuse. Il s’agit d’un projet différent de celui qui avait été élaboré sous l’égide de l’ancienne Communauté de Communes du Sud Grenoblois, qui prévoyait un ensemble touristique intégré (gîte d'étape et de séjour, restauration, boutique du terroir). Cela étant, l’essentiel va être sauvegardé avec les travaux de conservation de la Porterie et des voûtes. Se reporter à la page consacrée à cette restauration . Mais ne faudrait-il pas lancer une campagne de fouilles du monastère généralisée ? (1) dès 1368, les statuts des chartreux défendirent de recevoir à l'avenir ou d'incorporer à l'ordre des couvents de filles. (2) religieuse de choeur : religieuse à "part entière" qui participe à la gestion de la communauté. Elle est appelée ainsi car elle peut s'asseoir dans le choeur de l'église lors des cérémonies religieuses (3) soeur ou moniale converse, frère convers : religieuse ou religieux, chargés du service domestique, ne participant pas à la gestion de la communauté (4) soeur ou moniale donnée, frère donné : il s'agit d'une religieuse ou d'un moine qui ne prononcent pas de voeux. Leur assistance aux Offices est moins stricte. Ils conservent la propriété et la disposition de leurs biens propres
La Chartreuse de Prémol, peinture sur toile fin XVII e siècle. Peinture classée monument historique par arrêté du 11 mai 2001, à présent visible dans la « galerie des cartes » à la Correrie (St-Pierre de Chartreuse). On remarquera la date portée : 1232 alors que la Chartreuse de Prémol a été créée en 1234. La date de 1232 pourrait correspondre aux premières demandes de la Dauphine Béatrix, qui ont abouti en 1234 à l’acte officiel de création.
carte de la Chartreuse de Prémol